November 28, 2012

The same old song

Es war fast schon zu erwarten: kaum kündigt ArcelorMittal an, die 1920 gebaute Firmenzentrale wegen hoher Unterhaltungs- und Energiekosten "vorläufig" still zu legen (über einen möglichen Verkauf wird auch schon gemunkelt), fordert "Déi Lénk", diesmal in Person des hauptstädtischen Gemeinderats Justin Turpel, die Übernahme des Gebäudes durch den Staat respektive die Stadt Luxemburg. Damit soll gewährleistet werden, dass der "aussen- und innenarchitektonische Reichtum (...) [der] sicherlich zum nationalen Kulturerbe gehört, erhalten bleibt", wobei unklar bleibt, was die öffentliche Hand mit dem alten Gebäude eigentlich anfangen soll (ausser Herrn Mittals Stromrechnung zu übernehmen...).
Sollte ein aufrechter Linker nicht eher fordern, dass der Protzbau der Stahlbarone restlos abgerissen wird und an gleiche Stelle preisgünstige Wohnungen für die Arbeiterschaft gebaut werden? O tempora, o mores...

November 22, 2012

115 Jahre Mollie Steimer

Aus dem Film Anarchism in America (1983).

November 17, 2012

146 Jahre Voltairine De Cleyre

Philadelphia, Pa., Aug., 1906.
Maxim Gorky, New York City.
My right to address you is that I have felt the best that your soul has felt, and loved you for your voice that cried out of the deeps; and that not less have I felt the shame and degradation of your conduct as a weak and shambling creeper, since you have been in America.
Hedged about like the Russian Czar by those that have used you and fooled you; seeker for the gifts of those who have spit in your face; insulter of those to whom you once belonged; hedger and trimmer to the rotten bourgeoisie of America, for the dollars you hoped to get from them for the Russian revolution, you have not known even how to hedge and trim; and some one should tell you so.
Are you he who wrote the apotheosis of the tramp, you who in this city sat in the Bellevue-Stratford Hotel surrounded by the vulgar gaud of modern riches, paid for—by whom? By those who are down in the depths where you once were! In the closed circle which has kept away the honest light of truth from you, and reflected your image in the magnifying glass of hero-worship, you have not heard or seen the truth about yourself. To tell you that truth, that is why I write.
In what character did you come here? Did you come here as a man, or as a representative of the Russian revolution? You have acted as neither one nor the other. If you came here as a man, perfectly free and responsible to no one, then when Puritanic hypocrisy grew morally indignant at your personal relations, why did you not once and for all say, "I despise your marriage law, your marriage prostitution, your lying morality. Myself and my beloved are above you." But you tried to creep behind a pretense of legality, you hung on to the skirts of the respectability, which flouted you andl her. After an attack like that you should have stayed in the open like a man; but you went and hid like a coward. Again, if you were of the people, truly and in the depths of you, and free to act as you pleased, why did you please to go to the richest hotels and sit with the bourgeois? Why, when the poverty-stricken Russian Jews, who, and who alone, have given nine-tenths of the money contributed to the Russian revolution from America, when they wrote and told you your prices were too high for them to hear your lecture, did you answer, "I am here to collect money, not to be stared at"? You would have had twice the money at half the price. Have you then learned so soon the art of playing the lion at two-dollar banquets, and scorning the staircase whereby you climbed?
It is said by your apologists, among them some of those who sat at the banquet with you, that your anomalous position was due, not to yourself, but to your having fallen into the hands of committees of lickspittles. In the name of Manhood, are you nothing at all yourself? Do you not know when you are in surroundings incompatible with the charactei of one devoted to the cause of human—not Russian only—liberty? Are you such a helpless baby that you cannot assert yourself and tread a self-respecting path? Can you sit at the board with those who eat the flesh and drink the blood of the workers, and not know what you are doing? You did that, here in Philadelphia. And you left Mme. Andreieva in New York, or they would not have let you into that same Bellevue-Stratford! Shame on you!
But perhaps you came here not as a man, but as a delegate. Then why, in the name of common sense, did you not learn the nature of the people with whom you had to deal, and act with some sort of diplomacy. If you wanted the money of the American bourgeoisie, why did you not study them first? Why did you act like a blunderbuss, and begin by outraging the first article in their creed, viz.: "Let a man keep his illicit relations secret." Why did you not master the psychology of the American journalist, before you walked near his traps? Why did you play your cards so stupidly as to fall foul of metropolitan newspaper jealousy, before you had a single thousand of all that money you wanted to get for Russia? If you undertook the errand of a diplomat, why did you not learn the business of a diplomat?
Finally, whether as a man or as a representative, what lying spirit put it in your mouth to call the Russian Czar an Anarchist? To decry people who, whether right or wrong in their beliefs, have fought and are fighting tyranny in every land, whether Russia or America; people who have felt the lash and iron, who have gone to the scaffold, the guillotine, and the garotte, for proclaiming the freedom of all, the tyranny of none. You can not be so ignorant as not to know who Peter Kropotkin is and what he teaches, and you know it has as much in common with Czarism as light has with darkness. Is this, then, again a piece of your "diplomacy"? Do you throw mud where all the world throws mud, in order to get dollars again? Do you want to help the Russian revolution at the expense of truth, of justice to those to whom it is popular to be unjust? We, the Anarchists of America, have been ever the first to welcome every dawnbearer over the darkness of Russian tyranny. For years we have given our work and our money—what little we had—to push the cause of freedom, there as here, and everywhere. We will continue to do so, no matter what you say of us. But if you choose to blacken us, to misrepresent us, expect from us the contempt of honest men for liars.
I have written with the bitterness of one who has had —I will not say an idol shattered, but something akin to it. I thought you were a fearless man, a true child of the people; and you are weak and characterless, as a daughter of silk and velvet.
At the end of the bitterness comes an all-surgent wish, "Oh, that he might yet shake them all off, strike out a line, clean as an arrow-path, and walk in it among his own people,—the poor, the outcasts, the tramps. We would forget it all,—these shameful days, this disgusting truckling, this vane-veering, this eating of the bread of the rich: he would be ours again!"
And I remember "The Lost Leader"—
"Just for a handful of silver he left us,
Just for a ribbon to stick in his coat!"
You wanted to be true to the Russian revolution, and you have been untrue to the great revolution, which is to the other as the ocean to the wave!
I have told you the truth.
517 N. Randolph street, Philadelphia, Pa
(Offener Brief an Maxim Gorki, aus Mother Earth, vol. I, 7, September 1906).

November 07, 2012

99 Jahre Albert Camus

Lettre à un désespéré (1939)
Vous m’écrivez que cette guerre vous accable, que vous consentiriez à mourir mais que vous ne pouvez supporter cette universelle sottise, cette lâcheté sanguinaire et cette naïveté criminelle qui croit encore que le sang peut résoudre des problèmes humains.
Je vous lis et je vous comprends. Je comprends surtout ce choix et cette opposition entre votre bonne volonté à mourir et votre répugnance à voir mourir les autres. Cela prouve la qualité d’un homme. Cela le met au rang de ceux à qui l’on peut parler. Comment ne pas désespérer en effet ? Bien souvent le sort de ceux que nous aimons s’est trouvé menacé. Maladie, mort, folie, mais il restait nous et ce à quoi nous avons cru ! Bien souvent les valeurs qui étaient notre vie ont failli crouler. Jamais ce sort et ces valeurs n’ont été plus menacés dans leur entier et en même temps. Jamais nous n’avons été si totalement livrés à l’anéantissement.
Je vous comprends mais je ne vous suis plus lorsque vous prétendez faire de ce désespoir une règle de vie et, jugeant que tout est inutile, vous retirer derrière votre dégoût. Car le désespoir est un sentiment et non un état. Vous ne pouvez demeurer sur lui. Et le sentiment doit laisser la place à une vue claire des choses.
Vous dites : « Et d’ailleurs, que faire ? Et que puis-je faire ? » Mais la question ne se pose pas d’abord comme ça. Vous croyez encore à l’individu, certes, puisque vous sentez bien ce qu’il y a de bon chez ceux qui vous entourent et en vous-même. Mais ces individus ne peuvent rien et vous désespérez de la société. Mais prenez garde que vous aviez répudié déjà cette société bien avant la catastrophe, que vous et moi savions que la fin de cette société était la guerre, que vous et moi le dénoncions et qu’enfin nous ne sentions rien de commun entre nous et elle. Cette société aujourd’hui est la même. Elle en est venue à sa fin normale. Et en vérité, à voir froidement les choses, vous n’avez pas plus de raisons de désespérer que vous n’en aviez en 1928. Exactement, vous en avez juste autant.
Et, tout bien considéré, ceux qui firent la guerre en 1914 avaient plus de raisons de désespérer puisqu’ils comprenaient moins les choses. Vous me direz que de savoir que 1928 était aussi désespérant que 1939 ne vous avance en rien. Cela n’est qu’apparent. Car vous ne désespériez pas totalement en 1928, au lieu que maintenant tout vous paraît vain. Si les choses n’ont pas changé, c’est que votre jugement est faux. Il l’est comme chaque fois qu’une vérité, au lieu de vous apparaître à la lumière du raisonnement, s’incarne dans le vivant. Vous avez prévu la guerre, mais vous pensiez l’empêcher. C’est ce qui vous arrêtait de désespérer totalement. Vous pensez aujourd’hui que vous ne pouvez plus rien empêcher. Là est le nœud du raisonnement.
Mais d’abord il faut vous demander si vous avez bien fait ce qu’il fallait pour empêcher cette guerre. Si oui, cette guerre pourrait vous paraître fatale et vous pourriez juger qu’il n’y a plus rien à faire. Mais je suis sûr que vous n’avez pas fait tout ce qu’il fallait, pas plus qu’aucun de nous. Vous n’avez pas pu empêcher ? Non, cela est faux. Cette guerre, vous le savez, n’était pas fatale. Il suffisait que le traité de Versailles fût révisé à temps. Il ne l’a pas été. Voilà toute l’histoire et vous voyez qu’elle pourrait être autre. Mais ce traité, ou telle autre cause, il peut encore être révisé. Cette parole de Hitler, on peut encore faire que sa loyauté soit inutile. Ces injustices qui ont appelé d’autres injustices, on peut encore les refuser et demander que leurs répliques le soient aussi. Il y a encore une tâche utile à accomplir. Vous supposez que votre rôle d’individu est pratiquement nul. Mais j’invertirai alors mon raisonnement précédent et je vous dirai qu’il n’est ni plus grand ni moindre qu’il n’était en 1928. Je sais d’ailleurs que vous n’êtes pas très assis sur cette notion de l’inutilité. Car je crois que vous n’approuverez guère l’objection de conscience. Et si vous ne l’approuvez pas, ce n’est point par manque de courage ni d’admiration. Mais parce que vous jugez qu’elle n’a aucune utilité. Vous avez donc déjà conçu l’idée d’une certaine utilité qui vous permet de suivre ce que je dis.
Vous avez quelque chose à faire, n’en doutez pas. Chaque homme dispose d’une zone plus ou moins grande d’influence. Il la doit à ses défauts autant qu’à ses qualités. Mais n’importe, elle est là, immédiatement utilisable. Ne poussez personne à la révolte. Il faut être ménager du sang et de la liberté des autres. Mais vous pouvez persuader dix, vingt, trente hommes que cette guerre n’était pas fatale, que des moyens de l’arrêter peuvent être tentés qui ne l’ont pas été encore, qu’il faut le dire, l’écrire quand on peut, le crier quand il faudra. Ces dix ou trente hommes à leur tour le diront à dix autres qui le répéteront. Si la paresse les arrête, tant pis, recommencez avec d’autres. Et quand vous aurez fait ce que vous devez faire dans votre zone, sur votre terrain, arrêtez-vous et désespérez à votre aise. Comprenez qu’on peut désespérer du sens de la vie en général mais non de ses formes particulières, de l’existence, puisqu’on n’a pas de pouvoir sur elle, mais non de l’histoire où l’individu peut tout. Ce sont des individus qui nous font mourir aujourd’hui. Pourquoi des individus ne parviendraient-ils pas à donner la paix au monde ? Il faut seulement commencer sans songer à de si grands buts. Comprenez donc qu’on fait la guerre autant avec l’enthousiasme de ceux qui la veulent qu’avec le désespoir de ceux qui la renient de toute leur âme.
(nach Témoins, No. 29, März 1962).

November 06, 2012

Zur Abwechslung ein paar Links...

"Gauche libérale" alias Alain Cohen-Dumouchel meint: Un syndicat de salariés , c'est libéral par nature. Un "syndicat" de patrons c'est étatiste par nature.

Endlich erschienen (Jahre nach der ersten Ankündigung): Der Industrial Radical des Molinari-Instituts.

Und wenn wir schon bei neuen Zeitschriften sind: ebenfalls dieser Tage erschienen ist Sans phrase. Zeitschrift für Ideologiekritik, angekündigt für nächstes Jahr ist eine Zeitschrift für kritische Sozialtheorie und Philosophie.

Von der bevorstehenden (?) Dollar-Apokalypse berichtet der stets informative (und gut informierte) luxemburgische Blog FISEC.

Robert M. Price über den rezenten "Frau Christus"-Medienunfug.

Sowie, da heute bekanntlich Wahlen beim Welthegemon stattfinden, die seltsamsten Präsidenten der US-Comic-Geschichte.

November 03, 2012

Fünfmal Halloween (5)

Helloween (DE) - Halloween (1987)

November 02, 2012

Fünfmal Halloween (4)

Halloween, Alaska (Minneapolis, Minnesota [!]/USA) - You are not well (2011)

Übrigens die einzige der fünf Bands, deren Anfänge nicht in den frühen 1980ern zu finden sind...

November 01, 2012

...und einmal Allerheiligen

David Bowie - All Saints (1977)

Fünfmal Halloween (3)

Halloween (Detroit, Michigan/USA) - Trick or treat (1985)