Dezember 31, 2012

Was erwartet uns 2013?

Kaum haben wir die Maya-Apokalypse überstanden, steht schon das nächste Ungemach ins Haus: ein Atomkrieg!
Zumindest die postapokalyptischen Zukunftsszenarien des Romans Metro 2033 von Dmitry Glukhosky sowie der Filme The Postman (mit Kevin Costner) und The Book of Eli (mit Denzel Washington) berichten übereinstimmend von einem derartigen Krieg.

Offenbar kurz vor diesem Krieg musste sich Snake Plissken im Los Angeles des Jahres 2013 durchschlagen:

Unterdessen vollziehen sich große Änderungen im arkonidischen Imperium (die meisten Arkoniden sind allerdings so von Fiktivspielen eingenommen, dass sie nicht wirklich etwas davon mitkriegen: Laut Perrypedia übernimmt in diesem Jahr der Robotregent "nachdem er den bisher regierenden Imperator Orcast XXII. wegen Unfähigkeit des Throns enthoben hat, alleine die Regierungsgeschäfte mit gnadenloser positronischer Härte".

Dezember 30, 2012

122 Jahre Viktor Lvovič Kibalčič (aka Victor Serge)

The Individualist and Society

The word society is synonymous with a group. Today most men constitute an immense grouping that, though subdivided into an infinite number of sub-groups (races, nationalities, social classes, ideological groups) can nevertheless be considered as a whole. It is this whole, this formidable collectivity that we designate with the word society.
To consider society as an assemblage of individuals and to deny this any importance, as some do, is simplistic, too simplistic. It means failing to understand social psychology, the psychology of crowds and, what is most surprising, the results of the most elementary observations. In truth, observation shows us and study confirms that from the fact that they find themselves brought together through interests, aspirations, or similar heredity, men are modified. A new psychology is created, common to all the members of the association. From this point they constitute a crowd, and that crowd has a mentality, a life, a destiny distinct from the individuals that compose it.
The existence of a society is this ruled by laws as immutable as those of biology that rule the existence of individuals.
Let us now pose the question: are these laws favorable to the individual? Are they in harmony with his instincts?
In a excellent little “Precis de Sociologie” M. G. Palante wrote: “A society, once formed, tends to maintain itself,” by virtue of which, “in all domains – economic, political, legal, moral – individual energies will be narrowly subordinated to common utility. Woe on those energies that do not bow before that discipline. Society breaks or eliminates them with neither haste nor pity. It brings the most absolute contempt of the individual to this execution. It acts like a blind instinct, irresistible and implacable. In a terribly concrete form it represents that brutal force that Schopenhauer described: ‘The will to life separated from the intellect.’
“Despite all the optimistic utopias, every society is and will be exploitative, dominating, and tyrannical. It is so not by accident, but by essence.”
This is even more the case because we feel the “general law of social preservation,” admitted by almost all contemporary sociologists, weighing painfully upon our shoulders.
And if we add the “law of social conformity, which consists in every organized society demanding of its members a certain similarity of conduct, appearance, and even of opinions and ideas,” and which “consequently brings with it a law of the elimination of individuals rebellious to this conformism,” the conflict between the individual and society appears to us to its full extent.
A glance around us confirms in a striking fashion the conclusion that we arrived at theoretically.
What is more iniquitous in fact than the so-called social contract, in the name of which each is crushed by all? You will be a worker, you will be a soldier, you will be a prostitute, for social necessities demand this, and because a contract that no one will ever asked you to agree to forces you be so. You will obey the law, you will be tradition’s servant; you will live according to usage and custom. And yet tradition, law, and usage restrict you, hinder your development, make you suffer. Obey, bow, abdicate, otherwise your neighbors will condemn and pursue you. Public opinion will deride you and will call for the worst punishments for your insolence; the law will attack you. Starved, defamed, cursed, dishonored you will be the rebel who they implacably strangle.
Such is the reality. “I” have neither fatherland, nor money nor property to defend. What difference do my interests make to society? It needs soldiers, and so it imposes on me the fatherland, the barracks, a uniform...
“I” am no longer the dupe of the outdated morality that rules the life of the crowd. I aspire to love freely...But the social body needs loves that are respectful of the law, and if I don’t marry before the mayor the law and opinion reserve their rigors for me.
I love work. But I want to freely carry it out. The wage system presents me with the alternative of being a slave, a thief, or of dying of hunger.
And we shouldn’t condemn one form of social organization – authoritarian capitalism – more than other. To be sure, it isn’t difficult to conceive of a society incomparably less bad, more logical, more intelligently organized. But aside from the fact that its more or less distant realization is an arguable hypothesis, we shouldn’t hide from ourselves that it will always present serious obstacles to the development of the individual.
The hypothesis of a collectivist tomorrow presages a ferocious struggle between the state and the few individualities desirous of preserving their autonomy. Even understood in the broadest sense – that of our anarcho-communist friends – a social grouping will inevitably tend to impose one ideological credo on its members. There will still be the struggle between the individual and society, but instead of disputing his liberty and his material life it will dispute his intellectual and moral independence. And nothing says that for the men of the future – if that future is ever realized – the course of that struggle will not be every bit as painful as the fight for bread, love, and fresh air is today!
In every social grouping the individualist will remain a rebel.
Just because we take note of the antagonism between the individual and society we shouldn’t be thought to be unsociable. Yet on several occasions adversaries have sought to create that confusion.
Life in society has advantages that none among us would think of contesting. But as egoists, desirous of living in accordance with our ideas, we don’t want to accept even the unavoidable inconveniences. This is one of the characteristic traits of an individualist: “He doesn’t resign himself, even to what is fated.”
If by a sociable individual we mean he who doesn’t disturb his neighbor – or disturbs as little as possible, the individualist is the soul of sociability. Above all, this is the case through interest: to disturb more often than not opens one to being disturbed. He thus lets others live as they wish, as long as they grant him the same right. He doesn’t ignore the advantages of “association freely consented to,” a temporary association of good wills, with a practical goal in mind. But he doesn’t want to be the dupe of the idol of Solidarity and allow himself to be absorbed by a coterie, a chapel, or a sect.
If he is strong – and we think that it is impossible to affirm yourself without being strong – he is even more sociable.
The strong are generous, being rich enough to be generous: the most energetic rebels, the most indomitable enemies of society have always been big-hearted.
(ursprünglich in l'anarchie, 323, 15. Juni 1911; Quelle: )

Dezember 26, 2012


Dankenswerterweise hat der Gegenstandpunkt seine ausführliche und treffsichere Kritik am sog. "libertären Sozialismus" Noam Chomskys aus der Nummer 4-12 online gesetzt. Uneingeschränkte Leseempfehlung!

Dezember 24, 2012

Mühsam, passend zur Jahreszeit (5)

Weihnachtslied (1930)

Freut euch, Mädchen, freut euch, Knaben,
morgen kommt der Weihnachtsmann,
kommt mit seinem Sack voll Gaben,
wo sich's Vater leisten kann.
Doch ist Vater arbeitslos,
kommt er mit der Rute bloß.

Sparsamkeit heißt die Parole
für das holde Weihnachtsfest.
Spart das Fleisch, das Brot, die Kohle,
spart, was sich nicht zahlen lässt.
Auch das Reich spart überall –
außer für den Kriegesfall.

"Friede, Friede sei auf Erden",
singt die Dame fromm im Stift.
Nur laß keinen Film draus werden!
Der ist für das Deutschtum Gift.
Dolch und weiße Maus bereit –
gnadenvolle Weihnachtszeit.

Mit den Löhnen und Gehältern
nieder! Nieder mit Remarque!
Füttert statt mit Fett, ihr Eltern,
euer Kind mit Kriegsgeist stark!
Die Entscheidung fällt – wer weiß? –
schneller oft als jeder Preis!

Englein überm Christbaum schweben,
teils aus Wolle, teils aus Glas.
Morgen, Kinder, wird's was geben, –
aber fragt mich nur nicht: was?
Einmal wird ganz Deutschland wach –
heißa, dann ist Hitlerkrach!

Dezember 23, 2012

Die Beatles singen Weihnachtslieder

John (und Yoko):

Happy Xmas (War is over) (1971)


The Christmas Song (Chestnuts roasting on an open fite) (2012)

George (der als Hare Krishna natürlich nur ein Neujahrslied parat hat):

Ding Dong Ding Dong (1974)


The little drummer boy (1999)

Und jetzt alle:

Everywhere it's Christmas (1966)

Dezember 21, 2012

Both kinds of music special (1): Nur die Wurst hat zwei

Da heute ja angeblich der letzte Tag anbricht und meine Leser vermutlich bereits in interstellaren Weiten unterwegs sind, kehrt unerwartet meine endlos laufende Country-Reihe wieder... dabei ist noch nicht einmal Samstag (und ja, auch wenn der Blog in letzter Zeit seltener aktualisiert wird, ist er noch nicht ganz stillgelegt).

Passend zum "Ereignis" also:
Hank Williams - Battle of Armageddon (1949)

Skeeter Davis - The end of the world (1963, diese Aufnahme von 1965)

Hank Williams III - Karmageddon (2010)

Dezember 13, 2012

215 Jahre Heinrich Heine

Die Wahl-Esel.

Die Freiheit hat man satt am End’,
Und die Republik der Thiere
Begehrte, daß ein einz’ger Regent
Sie absolut regiere.

Jedwede Thiergattung versammelte sich,
Wahlzettel wurden geschrieben;
Parteisucht wüthete fürchterlich,
Intriguen wurden getrieben.

Das Comité der Esel ward
Von Alt-Langohren regieret;
Sie hatten die Köpfe mit einer Kokard,
Die schwarz-roth-gold, verzieret.

Es gab eine kleine Pferdepartei,
Doch wagte sie nicht zu stimmen;
Sie hatte Angst vor dem Geschrei
Der Alt-Langohren, der grimmen.

Als einer jedoch die Candidatur
Des Rosses empfahl, mit Zeter
Ein Alt-Langohr in die Rede ihm fuhr,
Und schrie: Du bist ein Verräther!
Du bist ein Verräther, es fließt in dir
Kein Tropfen vom Eselsblute;
Du bist kein Esel, ich glaube schier,
Dich warf eine welsche Stute.

Du stammst vom Zebra vielleicht, die Haut
Sie ist gestreift zebräisch;
Auch deiner Stimme näselnder Laut
Klingt ziemlich ägyptisch-hebräisch.

Und wärst du kein Fremdling, so bist du doch nur
Verstandesesel, ein kalter;
Du kennst nicht die Tiefen der Eselsnatur,
Dir klingt nicht ihr mystischer Psalter.

Ich aber versenkte die Seele ganz
In jenes süße Gedössel;
Ich bin ein Esel, in meinem Schwanz
Ist jedes Haar ein Esel.

Ich bin kein Römling, ich bin kein Slav’;
Ein deutscher Esel bin ich,
Gleich meinen Vätern. Sie waren so brav,
So pflanzenwüchsig, so sinnig.

Sie spielten nicht mit Galanterei
Frivole Lasterspiele;
Sie trabten täglich, frisch-fromm-fröhlich-frei,
Mit ihren Säcken zur Mühle.

Die Väter sind nicht todt! Im Grab
Nur ihre Häute liegen,
Die sterblichen Hüllen. Vom Himmel herab
Schau’n sie auf uns mit Vergnügen.

Verklärte Esel im Gloria-Licht!
Wir wollen Euch immer gleichen
Und niemals von dem Pfad der Pflicht
Nur einen Fingerbreit weichen.

O welche Wonne, ein Esel zu sein!
Ein Enkel von solchen Langohren!
Ich möcht’ es von allen Dächern schrei’n:
Ich bin als ein Esel geboren.

Der große Esel, der mich erzeugt,
Er war von deutschem Stamme;
Mit deutscher Eselsmilch gesäugt
Hat mich die Mutter, die Mamme.
Ich bin ein Esel, und will getreu,
Wie meine Väter, die Alten,
An der alten, lieben Eselei,
Am Eselthume halten.
Und weil ich ein Esel, so rath’ ich Euch,
Den Esel zum König zu wählen;
Wir stiften das große Eselreich,
Wo nur die Esel befehlen.

Wir alle sind Esel! I-A! I-A!
Wir sind keine Pferdeknechte.
Fort mit den Rossen! Es lebe, Hurrah!
Der König vom Eselsgeschlechte!

So sprach der Patriot. Im Saal
Die Esel Beifall rufen.
Sie waren alle national,
Und stampften mit den Hufen.
Sie haben des Redners Haupt geschmückt
Mit einem Eichenkranze.
Er dankte stumm, und hochbeglückt
Wedelt’ er mit dem Schwanze.

Dezember 12, 2012

Dezember 07, 2012

151 Jahre Han Ryner

Déterminisme et liberté
Celui qui refuse de mêler la métaphysique à son effort vers la sagesse devrait, sans doute, négliger l’objection déterministe. Sans même apercevoir les difficultés que pourraient lui opposer les sceptiques, les idéalistes ou ces métaphysiciens qui agitent au fond des choses et des phénomènes la contingence et le caprice, le savant se met à l’œuvre.
Mais écarter, pour des raisons méthodiques, un problème qui se présente avec un aspect menaçant, ne serait-ce pas prendre trop au sérieux et le problème, et la méthode, et soi-même ? Les fils du rire philosophique ne s’abritent point derrière les durs barreaux de la méthode et ils n’enferment pas dans une cage le problème qui rugit. Le bruit de leur joie arrive aux oreilles comme une musique puissante et c’est son écho que les anciens entendaient quand ils louaient la lyre d’Orphée. Parmi ses éclats, nous jouons négligemment avec les fauves. Nous n’y avons nul mérite : leurs griffes et leurs dents sont des créations du sérieux des philosophes, la seule chose effrayante qu’on puisse rencontrer en philosophie.
J’évoque donc ce que les génies et les nigauds ont dit sur la question, j’examine chacune de leurs paroles. Trouverai-je en quelqu’une d’elles un commencement de démonstration de l’universelle nécessité, ou de la liberté humaine, ou de l’universelle liberté ? Rien qui y ressemble. Regardés en face, les prétendus arguments reculent, balbutient, finissent par mendier humblement le déterminisme comme un postulat de la science ; la liberté, comme un postulat de l’action. Je veux vivre harmonieux et je ne me refuse pas au savoir : je suis tenté d’abord de tout accorder, ici comme là, sans trop m’émouvoir de la contradiction. Apparente ou réelle, insoluble ou faite d’une brume inconsistante, la contradiction, après tout, se produit aux profondeurs métaphysiques, joyeux domaine des antinomies. Bientôt je souris, amusé : mon attitude contradictoire, je viens de m’en apercevoir, est celle de tous les hommes. Leurs négations verbales sont faites d’inconscience. Chacun de leurs gestes est un acte de foi au déterminisme et ensemble un hymne à la liberté. Si le déterminisme avait la rigueur négative que postulent certains savants et qui leur semble nécessaire à la science, voici que la science elle-même deviendrait impossible. Construire la science, c’est agir. Si tout est déterminé d’avance, aussi le sera la direction de ton regard, ô physicien qui cependant te proposes d’observer tel phénomène tout comme si tu étais libre de regarder où tu veux. Ton effort pour étudier le monde affirme la liberté, exactement dans la même mesure que mon effort pour me connaître moi-même. De la loi observée, tu tires des conséquences industrielles ; tu fais un geste aussi libre que moi lorsque de la connaissance de mon être je tâche de faire sortir le perfectionnement et l’harmonie de mon être. Jusqu’à ton application à prouver le déterminisme qui est un démenti à l’omnipotence du déterminisme. Pour me convaincre, au lieu de laisser tes pensées dans leur désordre premier, voici que, tel un général range son armée, ta volonté les ordonne selon une logique hargneuse. Toute tentative de raisonnement contient une affirmation de la liberté. Par le déterminisme logique — forme peut-être un peu grossière de la liberté intellectuelle — tu échappes au déterminisme physiologique ou psychologique qui t’imposait des idées dispersées, désarmées et imprécises. Ainsi la science, mère du déterminisme, est fille de la liberté.
L’action ne risquerait-elle pas, comme la science, de se détruire elle-même, si elle s’obstinait à ne postuler qu’un des deux contradictoires apparents ? Quel geste ferai-je encore, si je n’attribue pas à chacun de mes gestes une vertu causale, si je ne prévois pas quelques-uns de ses résultats ? Pour que j’agisse, il faut que je me croie libre ; il faut aussi que j’espère nécessiter l’avenir, au moins mon avenir intérieur. Si je cueille un fruit, ce n’est pas seulement parce que mon bras n’est pas paralysé physiologiquement ; c’est aussi parce que ce fruit, je le sais, calmera ma soif ou ma faim. Détruire ma croyance au déterminisme, ce serait me supprimer tout motif d’action et briser le ressort même de ma liberté.
Les deux contraires affirmés simultanément par chacun de mes gestes et même — puisque toute parole est un acte — par les mots dont je me servirais pour les nier, ce n’est pas au savant ou au sage, c’est au métaphysicien à rêver leur accord profond. Ainsi il réparera le mal qu’il a causé.
Car ces contraires ne deviennent intolérants et contradictoires que par la faute du métaphysicien qui sévit secrètement dans le savant ou dans le moraliste. Le déterminisme, envahisseur comme un déluge, prétend couvrir jusqu’aux plus hauts sommets : c’est pour obéir à mon besoin métaphysique d’affirmer l’unité. La contingence se montre exigeante comme une folie de révolte : c’est pour satisfaire un autre désir métaphysique, pour saisir, dans l’individu, l’absolu le moins fuyant et le moins décevant. Que ne suis-je assez raisonnable pour me transformer d’absurde métaphysicien qui affirme en joyeux poète qui rêve ? Les rêves ont des souplesses qui se marient. Les affirmations sont des brutalités qui laidement se bousculent.
O beauté large et sinueuse, comment te chanter par des mots assez précis pour te désigner, assez vagues pourtant et caressants pour ne point te détruire ? Le déterminisme a son domaine, la liberté a le sien ; et cependant l’un et l’autre emplissent magnifiquement l’univers. Ne nions pas la moitié des problèmes sous prétexte de les résoudre. Ne tranchons pas, pauvres Alexandres affolés à la complexité adorable du réel, la grâce mille fois repliée des nœuds gordiens. Elargissons-nous au lieu de rétrécir les questions.
La beauté émouvante du Baiser qu’est l’univers, comment devient-elle, aux dogmes des philosophes, grimace et hostilité ? Ils ne touchent pas au mystère avec assez de tremblement et de délicatesse amoureuse. Ils ne cherchent pas à faire résonner sur l’instrument merveilleux les formules qui chantent et qui fuient ; mais, pour obtenir toujours la même note, ces barbares arrachent à la lyre une partie de ses cordes. Essayons l’harmonie qui ne pèse pas, qui n’insiste pas, qui bientôt, pour faire place à l’harmonie complémentaire, s’envole et se dissout. Que les ailes continûment balancées de nos rêves croisent dans les airs charmés des souvenirs de musiques.
Le déterminisme n’est pas l’ornière étroite et penchante où grince mon char. Au bord d’une route royale, il dessine des ravins où, sous le frémissement des verdures, gazouille la continuité des ruisseaux. La cage où l’oiseau volette de l’un à l’autre barreau et varie mille fois ses attitudes, est-ce le déterminisme ? Tout au plus celui des mœurs et de la loi civile. Mais la loi naturelle est le soutien même de ma liberté, l’air qui porte le frémissement de mon vol. Et l’air, certes, ne s’étend pas à l’infini, mais il est peut-être plus vaste que mes forces et que mes regards. Pourquoi n’y a-t-il de science que du général, sinon parce qu’il est impossible de prévoir le tout d’un phénomène futur ? L’attribut de l’omniscience est une de ces contradictions criardes et profondes qui empêchent le concept d’un dieu personnel de devenir harmonieux et, pour quiconque pense avec grâce, concevable. Voici le statuaire devant un bloc de marbre. Qu’est-ce que le savant nous apprendra de la statue future ? Il affirme qu’elle pèsera moins que le bloc et il ajoute d’autres détails naïfs concernant la matière. Mais que de choses il ignore concernant la forme et, par exemple, celle-là seule qui importe, à savoir si la statue sera belle ou laide, chef-d’œuvre ou besogne vulgaire ! Ne serait-ce pas que le déterminisme est maître au royaume de la matière ? Ne serait-ce pas que la liberté est une forme, mère des formes ? Mais hâtons-nous de défendre la fluidité de ces formules analytiques. Ne leur permettons pas de se préciser et de se solidifier : leur glace écarterait le baiser des choses, puis fendrait et pulvériserait les choses elles-mêmes. Qu’elles continuent leur écoulement fertile sous le tiède et libérateur zéphyr de formules synthétiques. Il ne peut y avoir de forme que portée par quelque matière, il ne peut y de matière sans quelque rudiment de forme.
La grande beauté du déterminisme, c’est qu’il rend le monde intelligible. Mais le réel est-il intelligibilité et subit-il, ailleurs que dans mon esprit, les exigences de mon esprit ? L’enchaînement déterministe crée en nous l’ordre du cosmos. Qu’on y prenne garde cependant. Si on lui permet une tyrannie exclusive, ne va-t-il pas détruire lui-même son œuvre ? Ne va-t-il pas tout réduire à un mécanisme passif, mort, qui ne saurait se suffire ? Ne va-t-il pas ruiner d’un coup l’infini éternel et la possibilité du commencement ? Par quoi serait déterminée l’éternité, ou le premier mouvement, ou la première pensée ? A force de river les choses les unes aux autres, il fait tomber sous le poids trop alourdi l’anneau qui porte les choses.
Consens donc qu’on te fasse ta part, déterminisme aveugle qui te détruirais toi-même et l’univers avec toi. Reste le souverain du mécanisme, de la matière, de la passivité. Enorgueillis-toi : partout il y a lourdeur et matière. Humilie-toi : nulle part, la matière n’est tout. J’aime ton effort héroïque, déterminisme, bégaiement de la pauvreté matérielle. Mais toi, liberté, cantique de la richesse formelle, tu mets partout une lumière et un sourire d’humanité. Ne séparez jamais dans mon esprit votre noble et souple enlacement. Car je veux me connaître moi-même, matière et objet de science ; car je veux me réaliser moi-même, forme, harmonie et objet d’amour.
(Auszug aus Le subjectivisme, 1909).